Presse


Ouest France

25/08/18

Enquete Plumieux


Le Courrier Indépendant

24/08/18

Enquete Ker Anna


Le Courrier Indépendant

13/07/18

courrier independent july  2018


La Plum de Info


Le Télégramme

16/06/18

Extension du parc éolien à La Ferrière


Le conseil municipal s'est réuni jeudi à la salle polyvalente de La Ferrière sous la présidence de Romain Boutron, maire. Le projet du parc éolien sur La Ferrière a été présenté par P & T Technologie. Composé de six éoliennes, il sera une extension, au dessus et parallèle au parc existant. Les propriétaires des terrains ont donné leurs accords, les enquêtes environnementales étant faites alors que l'enquête publique est à venir.


Le Télégramme

19/03/18

Projet éolien. Les précisions d'Anne Charles

Voici la suite du conseil municipal, qui s'est tenu jeudi et dont la première partie est parue dans l'édition de samedi. Projet éolien de Plumieux. Anne Charles, maire délégué de La Ferrière de la commune nouvelle de Plémet, a tenu à apporter des précisions sur l'article du 2 mars. Il portait sur le projet éolien de Plumieux et une réunion à laquelle participait le collectif La Plum'au vent. Bernard Ganne, représentant de celui-ci avait alors indiqué : « Au cours d'une discussion animée avec les représentants, nous avons appris, non sans surprise, que le projet de Péhart était en fait une extension du site de La Ferrière (commune nouvelle de Plémet). Apparemment, la décision du conseil municipal de La Ferrière, en faveur de l'extension de leur site, ferait fi du vote du conseil de Plumieux ». Le collectif aurait aussi constaté « que certaines informations diffusées sur les retours financiers allaient directement à la commune. Et les retombées d'emplois locaux ? » Anne Charles a tenu à répondre à Bernard Ganne : « Le parc éolien de Péhart n'est pas une extension de celui de La Ferrière, mais dans le prolongement. Il n'a jamais été question de ce projet en conseil municipal. Nous n'avons, en aucun cas, débattu sur ce sujet. »


Le Télégramme

02/03/18

La Plum'au vent. Le collectif toujours mobilisé

Mercredi, lors de la réunion d'information, organisée par la société Valorem, le collectif « La Plum'au vent » a manifesté son opposition à tout nouveau projet d'implantation d'éoliennes sur la commune. La discussion fut très animée. Dans un premier temps, Gaël Millet, représentant Abo wind, et Sébastien Kerbart de Valorem, ont expliqué l'utilité du projet. Ils ont ont précisé que « l'énergie éolienne est créatrice de richesse locale et que les éoliennes n'engagent pas l'avenir des sites. »
« Fi du vote du conseil municipal »
« Nous avons appris, non sans surprise, que le projet de Péhart était, en fait, une extension du site de La Ferrière (commune nouvelle de Plémet). Apparemment, la décision du conseil municipal de La Ferrière, en faveur de l'extension de leur site, ferait fi du vote du conseil de Plumieux », s'est étonné Bernard Ganne, représentant le collectif. Il a aussi été constaté que certaines informations diffusées sur les retours financiers « qui iraient directement à la commune », comme sur « les retombées en matière d'emplois locaux » prêtaient à discussion. « Seule la taxe foncière revient à la commune d'implantation des éoliennes », précise le collectif.



Valorem


Le Courrier Indépendant

08/02/18

Bretagne. Projet de parc éolien à Plémet : avis défavorable


Le nouveau parc éolien de Plémet en Centre Bretagne ne verra probablement pas le jour et les élus s'en réjouissent.
Publié le 8 Fév 18 à 17:23
Lors de l’enquête publique, l’association Vent Debout avait invité la population à prendre part à l’enquête publique.

Le projet d’implantation de nouvelles éoliennes à Plémet en Centre Bretagne avait fait l’objet d’une enquête publique du 23 octobre au 24 novembre 2017. Le commissaire enquêteur a rendu un avis défavorable.

Trop c’est trop

« Il s’agit de cinq éoliennes supplémentaires de 150 m de haut, à 500 m des maisons de Carguier, Rénéac, Le Pryas. Les services de la Préfecture examinent en ce moment 17 nouveaux projets éoliens pour notre seul département ! Quand va-t-on s’arrêter ? Le conseil municipal de Plémet a voté contre ce projet à l’unanimité. La Cour d’appel administrative de Nantes a confirmé en avril dernier l’annulation du Schéma régional éolien breton, ordonné par le tribunal administratif de Rennes en 2015. Notre pétition atteint 1 500 opposants », déclaraient les membres de l’association Vent Debout en octobre dernier.

Ils invitaient la population à venir déposer remarques et réclamations en mairie, lors de l’enquête publique du 23 octobre au 24 novembre 2017 sur la demande d’autorisation d’exploiter un parc éolien sur les parcelles n°33-ZO, 22- ZP, n°33-XP, 90-Zy et 32-ZY présentée par la SAS EDPR France Holding.

Lors de cette enquête, le député Marc Le Fur s’était aussi rendu sur place pour relayer les positions des opposants au projet.
Un délai supplémentaire

Etant donné les nombreuses remarques et observations à analyser, le commissaire-enquêteur a obtenu un délai supplémentaire, jusqu’au 25 janvier, pour rendre ses conclusions. Avis défavorable

« Le commissaire enquêteur vient de rendre un avis défavorable au projet et nous nous en réjouissons. Il a tenu compte de l’hostilité de la population, l’avis de l’association « Vent debout » et des élus du secteur qui avaient tous dit leur opposition au projet de Carguier », déclarent le député Marc Le Fur et les conseillers départementaux, Romain Boutron et Béatrice Boulanger.

« Cet avis va dans le bon sens. Il faut maintenant que le préfet valide l’avis du commissaire enquêteur et que ce projet soit définitivement abandonné », concluent les élus.


Le Télégramme

25/11/2017

telegramme 23 01 2018


Plum info

 


La Plumauvent

25/11/2017

complement



corruption


Ouest France

24/10/2017

Les Moulins. L’enquête publique pour le parc éolien débute
Les membres du conseil d’administration peaufinent leurs actions afin d’interpeller la population du territoire sur les dangers de la prolifération des parcs éoliens.

L’association Vent Debout lance un appel pour stopper le projet de cinq éoliennes. Les citoyens ont un mois pour faire part de leurs observations.

L’enquête publique concernant le projet du parc éolien de Carguier, le Pryas et Rénéac débute ce lundi, pour un mois, jusqu’au 24 novembre. Il porte sur cinq éoliennes de 150 m de haut, situées à 500 m des maisons.

Ce projet n’a, dès le départ, pas fait l’unanimité. Dès qu’il s’est ébruité, les riverains se sont constitués en association pour obtenir de plus amples renseignements de la part de l’entreprise qui le porte et lutter contre l’implantation de ce parc, jugé trop proche des habitations et dans un quartier de Plémet connu pour son calme et sa beauté.

« C’est le bon moment pour se mobiliser »

« La préfecture étudie dix-sept nouveaux projets éoliens pour le département. Quand cela va-t-il cesser ? », se demandent les responsables de l’association Vent Debout.

À Plémet, le conseil municipal avait voté contre ce parc, à l’unanimité. « En avril dernier, la cour d’appel de Nantes a confirmé l’annulation du schéma régional éolien breton ordonné par le tribunal administratif de Rennes en 2015 », précise Jean-Marie Pillet, président de Vent Debout.

Alors, pourquoi ce projet continue-t-il ? « Nous avons recueilli 1 500 signatures à notre pétition. Cette enquête publique est le bon moment pour se mobiliser et dire sa désapprobation ! »

Vent Debout appelle, en conséquence, la population du territoire de Loudéac communauté à se déplacer en mairie de Plémet. « Nous allons aussi nous mobiliser en recueillant les avis de citoyens, qui seront ajoutés au registre de l’enquête. Nous allons tenir des permanences en mairie de Plémet. »

L’objectif de l’association est d’apporter des éléments de réflexion aux habitants. « Il faut informer des risques. Il y en a à de multiples niveaux : faux avantages, nuisances, impacts sur la santé, aspect financier... Il faut en être conscient. Nous avons un mois pour dire stop. »

L’association a, en effet, réalisé un très gros travail de documentation et d’information depuis sa création, qu’il est possible de retrouver sur son site : www.ventdeboutaplemet.wixsite.com

Le registre du commissaire-enquêteur est à la disposition de chacun aux heures d’ouverture de la mairie.Ceux qui ne peuvent se déplacer peuvent envoyer un courrier à M. le commissaire-enquêteur, en mairie : 3, rue des Étangs, Plémet, 22210 Les Moulins.

Il est aussi possible de s’exprimer par e-mail à :

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

avec comme objet Parc éolien Plémet.

enquete plemet


24/10/2017

Extrait


Les projets éoliens vont-ils être annulés ?

Ouest France

21/10/2017

les projets eoliens vont ils etre annulesJeudi, le conseil municipal a voté contre l'implantation d'éoliennes sur les sites des Landiers, Ker-Anna, Quillien et Pehart. Pour autant, leur disparation n'est pas actée.

Sur la table du conseil municipal, jeudi, un dossier qui fait réagir dans la commune : celui des quatre projets éoliens sur les sites des Landiers, de Ker-Anna, de Quillien et de Pehart.

La municipalité les avait validés. Mais un vent de contestation souffle dans la commune. Le collectif La Plum'au vent, opposé à ces projets, avait lancé une pétition. Celle-ci avait recueilli 673 signatures sur les 814 adultes que compte la commune, soit 82,67 % de la population.

Les opposants satisfaits

Le 11 septembre, ce collectif a été reçu en mairie. Il a demandé à la municipalité de procéder à un nouveau vote sur ce sujet. Le maire, Pierrick Le Cam, avait ensuite fait part de cette requête aux conseillers municipaux.

Ce jeudi, l'édile a donc demandé au conseil de se prononcer pour ou contre les projets éoliens dans la commune. « Le vote qui aura lieu ce soir engage le conseil municipal », souligne-t-il.

Pierrick Le Cam en a profité pour expliquer les tenants et les aboutissants de ces projets. En précisant que lorsqu'une éolienne est implantée, le propriétaire de la parcelle touche 3 000 € par an. Un revenu non négligeable.

Le vote s'est ensuite déroulé, en présence des membres de la Plum'au vent : projet éolien site des Landiers, deux votes pour, sept contre ; projet de Ker-Anna, trois votes pour, six contre ; projet de Quillien, neuf votes contre ; projet de Pehart, neuf votes contre.


Communiqué collectif - La Plumauvent

11/09/2017


collectifDepuis plusieurs semaines les plumetais et les riverains de notre commune ont la possibilité de signer une pétition demandant à la municipalité de Plumieux de revoir sa position sur les projets d’implantations massives d’éoliennes sur notre commune.


Lundi dernier 11 septembre M. Pierrick Le Cam , maire, a reçu une quinzaine de personnes du collectif et s’est vu communiquer les résultats de cette consultation :


82.67 % de la population adulte de la commune a signé cette pétition soit 673 personnes sur 814 plumetais adultes.


70 personnes supplémentaires de villages limitrophes (communes de La Ferrière, Plémet , Le Cambout , La Trinité Porhoet , St Etienne du Gué de l’Isle...) ont aussi marqué leur accord avec cette demande dont l’intitulé était « Les éoliennes ok mais pas toutes à Plumieux ! ».


La Préfecture des Cotes d’Armor est en possession depuis août dernier de ces centaines de signatures et les sociétés éoliennes ont également été avisées de la forte opposition des plumetaises et plumetais.


A la suite de la communication de ces chiffres et après discussion M. le Maire de Plumieux a promis de mettre à l’ordre du jour du prochain conseil municipal le 19 octobre un nouveau vote à bulletins secrets pour avoir une position claire de son conseil sur ce sujet.


Après ce vote du 19 octobre le collectif « Laplumauvent » se réunira pour tirer les conclusions de ce vote et envisager (ou pas) la poursuite des actions pour la défense des intérêts du plus grand nombre.

 


Le Courrier Indépendent

01/09/2017courrier independent


aout2017


Le Ploermelais

18/05/2017 - Fôret de Lanouée

Projet en forêt de Lanouée. L'éolien au point mort
Le juge des référés du tribunal administratif de Rennes a décidé de suspendre vendredi dernier le permis de construire éolien en forêt de Lanouée.

Une décision en forme de première victoire... Les opposants au projet d’éoliennes géantes (installation de 16 éoliennes dans la partie sud-est de ce massif forestier par le groupe canadien Boralex ndlr.), porté par la société Les Moulins du Lohan en plein milieu de la forêt de Lanouée, ont vu leur requête aboutir le 12 mai dernier. Le juge des référés du tribunal administratif de Rennes a en effet décidé de suspendre le permis éolien au niveau de la commune des Forges suite à la demande faite par la SPPEF et les riverains de l’association Vent de Forêt.

Combat judiciaire

Au plus grand plaisir d’Anne-Marie Robic, déléguée de la société pour la protection des paysages et de l’esthétique de la France :

"Ce n’est pas encore gagné mais c’est très encourageant. Le combat judiciaire s’annonce difficile puisque maintenant on va attendre le jugement sur le fond programmé durant le deuxième semestre à venir. Mais je pense que l’on a de grandes chances d’aller au bout. La juge a bien compris que d’un point de vue environnemental, cela ne rimait à rien de créer un parc en pleine forêt."

"Les gens en ont ras-le-bol"

Depuis trois années maintenant, pas moins de six requêtes ont été déposées au sein de l’institution judiciaire rennaise par les opposants, au sujet de cette forêt autour de laquelle gravitent 53 éoliennes en activité dans un rayon de 10 km de la zone d’implantation prévue. Pour l’intéressée, trop c’est trop :

"Les gens en ont ras-le-bol de voir des éoliennes partout. Ils n’en peuvent plus, ils saturent. Si ce nouveau parc se fait, il va se voir de partout. Il faut absolument éviter ça."

Mais avec déjà 60 millions d’euros investis pour la réalisation du dit projet, le groupe d’outre-Atlantique ne compte pas baisser les bras et analyser l’ensemble "des recours possibles" afin d’éviter une issue finale défavorable. Rendez-vous à la prochaine audience.

Sylvain Clément


Le Télégramme

21/05/2017

Éolienne. Énergie renouvelable... mais dangereuse ?

Ses effets néfastes sur la santé des riverains se confirment. Encore mal documenté, le syndrome de l’éolienne décrit par l’Académie nationale de médecine se caractérise par une atteinte visuelle, sonore... et psychologique.


En réduisant la pollution atmosphérique, les éoliennes contribuent à diminuer le risque de maladies respiratoires (asthme, BPCO), de cancers et de maladies cardiovasculaires. Mais cet atout trouve un contrepoint : les riverains qui y sont exposés seraient de plus en plus nombreux à souffrir de troubles fonctionnels. Répertorié sous le terme de « Syndrome de l’éolienne », il se caractérise par :


- des troubles auditifs : le bruit généré par l’éolienne se compose en partie d’infrasons. Inaudibles par l’humain, ceux-ci ne font pas plus de bruit que le battement du cœur transmis dans notre corps par l’oreille interne. Mais en provoquant « des phénomènes de résonnance dans les cavités thoraciques ou de pulsations ressenties », ces infrasons peuvent se traduire en vibrations, constantes donc entêtantes ;
- une fragilité visuelle : la stimulation lumineuse fractionnée à cause de la rotation des pales peut induire un risque épileptique. Les clignotements des feux de signalisation viennent aussi perturber le confort visuel des personnes fragiles ;
- une sensibilité psychologique qui se manifeste par l’altération de la qualité du sommeil, des épisodes de stress, de dépression, d’anxiété, des troubles de la mémoire, une perte d’intérêt pour autrui, une baisse des performances professionnelles... ;
- la perturbation des systèmes neurologique (vertiges, céphalées, acouphènes), endocrinien (sécrétion altérée d’hormones stéroïdes...) et cardiovasculaire (hypertension artérielle, maladies cardiaques ischémiques, tachycardie...). Tous ces symptômes sont à considérer, même s’ils sont souvent le fruit de « susceptibilité individuelle (...) », comme le rappelle l’Académie nationale de médecine. L’ANSES confirmait d’ailleurs, au mois d’avril, l’absence de symptômes spécifiques associés à la proximité des éoliennes.

 Des mesures pour atténuer le syndrome
Toujours est-il que l’académie propose aujourd’hui des mesures pour améliorer le quotidien des riverains de ces structures :
- autoriser la construction d’éoliennes seulement dans les endroits ayant fait l’objet d’un consensus de la population concernée ;
- faciliter la concertation entre les plaignants et les informer en amont de chaque projet de construction, sur le fonctionnement et donc l’impact potentiel des éoliennes ;
- systématiser les contrôles de conformité acoustique et fixer la périodicité de ces derniers par arrêté ;
- encourager les innovations technologiques susceptibles de restreindre le bruit émis par la rotation des pales ;
- entreprendre une étude épidémiologique sur les nuisances sanitaires répertoriées pour améliorer précisément l’impact de ce syndrome des éoliennes.


Le Courrier Indépendant

28/04/2017


Le Télégramme

19/04/2017

Schéma régional éolien. Annulation confirmée

La cour administrative d'appel de Nantes a confirmé, ce mardi, l'annulation du Schéma régional éolien (SRE) de la Bretagne, qui avait été décidée par le tribunal administratif de Rennes en octobre 2015. Les requérants, 22 associations et 13 particuliers, s'en réjouissent.

Vingt-deux associations et treize particuliers opposés à des projets de parcs éoliens avaient fait annuler ce document de référence (SRE), qui dresse la liste des zones favorables à l'installation de parcs éoliens terrestres. Il a pour objectif de « soutenir un développement harmonieux » de l'éolien et « respectueux des populations et de l'environnement ».

L'État se base pour cela sur le potentiel éolien des zones en question mais aussi sur les contraintes techniques ou encore les orientations prises par les élus régionaux. En Bretagne, au final, seule la zone de la baie du Mont-Saint-Michel et les zones d'entraînement des avions de l'armée de l'air avaient donc été exclues du schéma régional de l'éolien.

97 % du territoire

Ce SRE avait donc « pris très vite l'allure d'une duperie », selon les requérants. « Il permettait aux promoteurs de pouvoir déposer des permis de construire sur plus de 97 % de notre territoire, pour une électricité qui ne fournit que 6 % de notre consommation régionale et en nous laissant à la merci des coupures hivernales », fustigeaient-ils dans un communiqué.

« Cette définition de la zone favorable au développement de l'éolien (...) ne s'appuie sur aucune donnée scientifique précise mais sur des considérations brèves et générales », confirme la cour administrative d'appel de Nantes dans son arrêt.

« Un fiasco »

L'annulation d'un Schéma régional éolien, qui n'aura pas de conséquences concrètes sur les parcs éoliens déjà installés, n'est à vrai dire pas une première en France : quatorze régions, sur les vingt-deux qui en avaient adopté un, ont vu leur document annulé... Il y a tout juste une semaine, la cour administrative de Bordeaux a elle aussi annulé celui qui avait été pris en 2012 en Poitou-Charentes quand l'actuelle ministre de l'Écologie, Ségolène Royal, présidait la région. « Que penser de nos élus qui ne respectent pas la loi, et des administrations qui ne l'appliquent pas, dans plus de la moitié de la France ? », ont ainsi réagi, hier, dans un communiqué, les associations à l'origine du recours devant la cour administrative d'appel de Nantes. « N'y a-t-il pas lieu de s'indigner du fiasco de ces schémas, au mépris des paysages et des vies humaines ? ».

Les associations ont ainsi critiqué le coût « faramineux » d'élaboration de ces schémas régionaux éoliens et les procédures « ruineuses » intentées contre les associations d'opposants.

« Cela nous a coûté 7.000 € en frais d'avocats, alors que l'État n'a été condamné à nous payer que 1.500 € de frais de justice », déplore Éric Ferrec, président de l'association Vents de folie, de Langonnet (Morbihan).


Le Courrier Indépendant

27/01/2017


Le Télégramme

25/01/2017 - Plumieux

Conseil. Le projet éolien présenté

Le conseil municipal s'est réuni jeudi avec une principale question à l'ordre du jour : le projet éolien de Quillien. Élise Kebaili, de la société Engie Green, porteuse du projet, a présenté le dossier. Ce projet datant de 2013 et validé par la municipalité précédente, a été confirmé par celle en place.


30 millions de kWh par an
Il porte sur quatre éoliennes, au sud ouest de Quillien, de 145 et 150 m (hauteur de la pâle verticale) avec une puissance globale du parc de 11 à 13,2 MW selon le type d'éolienne retenue. La production prévisionnelle du projet sera de l'ordre de 30 millions de kWh par an, soit la consommation totale d'électricité de 12.500 personnes (consommation annuelle de référence par personne, chauffage inclus 2.400 kWh). L'accès de celles situées plus au nord du site devrait se faire par Le Chef du Bos ; par Quillien pour les deux autres, plus au sud. Les études techniques ont eu lieu en 2016. Une réunion d'information auprès de la population s'est tenue le 19 mai et deux réunions de cadrage ont eu lieu avec les services de l'État. La demande d'autorisation unique auprès de la préfecture a été déposée le 28 novembre.

Une enquête publique à venir
D'ici la fin du mois de mars, d'éventuelles demandes de complément d'information pourront être effectuées par les services de l'État auprès d'Engie Green. Une nouvelle journée d'information sera organisée à la mairie au cours du premier semestre 2017. « Le dépôt du dossier à la préfecture n'est qu'une étape intermédiaire du processus, a indiqué le maire, Pierrick Le Cam. Une enquête publique sera ouverte : les dates et le choix du commissaire enquêteur seront fixés par les services préfectoraux. Celle-ci devrait avoir lieu au plus tôt en 2018. J'invite la population, favorable ou opposante au projet, à venir rencontrer le commissaire enquêteur lors des permanences assurées à la mairie. C'est à partir des résultats de cette enquête que les services de l'État prendront leur décision. »


 Le Courrier Indépendant

 28/09/2016 - Gomené

Les élus disent "non" aux parcs éoliens
À la quasi-unanimité, les élus de Gomené refusent les deux projets de parc éolien. Et tiennent à préserver leur "terre de légendes".

Deux sociétés ont demandé à installer des éoliennes sur le territoire de la commune de Gomené. Le conseil municipal a décidé de réfléchir à ces propositions et à leurs conséquences.

Les élus ont constaté que des impacts environnementaux, relativement importants, pourraient voir le jour, en cas de développement éolien sur la commune.

"Ces projets auraient pour conséquence des gênes sonores, des défrichements de sites naturels boisés, une amplification de la pollution visuelle. Et d’ores et déjà, des habitants sont soucieux de l’impact économique qu’un tel projet impliquerait sur l’immobilier", soulignent les élus.

La commune de Gomené est un milieu naturel sensible, qu’il faut préserver. « Nous sommes considérés partout comme terre de légendes. Nous avons de multiples chemins de randonnées. Ainsi que le site de la Corbinière des landes, situé dans une vaste vallée. Où se côtoient un jardin bocager et une forêt jardinée, conservatoire de châtaigniers... ", ajoutent-ils.

Pour toutes ces raisons, le conseil a décidé de délibérer pour savoir si une réponse favorable pourrait être donnée pour l’un de ces parcs éoliens. La réaction des élus a été très tranchée. Avec 13 voix contre, un blanc et un pour.


Ouest France

27/09/2016 - Plumieux

Éoliennes à Quillien : un des trois projets retenu

Le jeudi 19 mai, à Plumieux, la société Maia Eolis présentait aux riverains un groupe de trois projets d'éoliennes.

À la suite de cette réunion d'information, un des projets a été retenu : l'implantation de quatre éoliennes.

« C'est le projet de moindre impact, tant sur les aspects humains, qu'écologiques ou paysagers. Tout en restant rentable. Nous finalisons actuellement les études, et envisageons de déposer une demande d'ici décembre 2016 », souligne Élise Kebaili, ingénieur développement au sein de la société Maia Eolis.


Le Télégramme

26/07/2016 - Plémet

Vent debout. Journée militante bien suivie

une maquette des 112 eoliennes installees ou en projetSamedi, Plémétais et habitants des communes voisines étaient présents à la journée d'information citoyenne organisée par l'association Vent debout à Plémet (VDAP). « Un message de soutien de Claudy Lebreton, ancien président du conseil général nous a été adressé, indiquaient les membres du bureau. Il est de tout coeur avec nous dans le combat qu'il estime juste et légitime que nous conduisons ».


Pétition : nouvelles signatures
Les visiteurs ont pu s'informer devant les panneaux expliquant ce qu'est réellement l'énergie éolienne, la future enquête publique, la loi « malheureuse » des 500 m et le manque d'informations des citoyens, souligné dès 2005 par Nicolas Hulot. « Au départ, l'énergie éolienne est une excellente idée, mais à l'arrivée, c'est une réalisation tragique. Si on nous disait au moins que cela permettrait de fermer les centrales. » Une maquette a montré la surdensité des éoliennes, dans le triangle Plémet-La Ferrière-Plumieux. « Ce qui fait dire à tous que trop c'est trop ! », ajoutaient les membres de VDAP. L'après-midi, des interventions de spécialistes, suivies de débat, ont retenu l'attention. « Les échanges se sont poursuivis jusqu'en fin d'après-midi, la pétition a été signée par de nouvelles personnes et des adhésions enregistrées. Nous restons mobilisés et allons informer quant à la rumeur concernant de nouvelles éoliennes sur La Ferrière et Les Moulin Nous incitons les citoyens à répondre massivement à l'éventuelle enquête publique. »

Contact
http://ventdeboutaplemet.wix.com/ventdeboutaplemet


Ouest France

21/05/2016 - Plumieux

Projet d'éoliennes : les riverains à l'écoute

Dans le cadre des études de faisabilité du projet éolien de Quillien, la société Maia Eolis a invité, jeudi, les Plumetais à une réunion publique d'information, à la mairie.

projet deoliennesJeudi, de 12 h à 20 h, Élise Kebeli, ingénieur projet de la société Eolis, a pu répondre aux très nombreuses questions et remarques de la part des personnes invitées à la réunion publique d'information proposée aux Plumetais.

L'ingénieur a été aidée dans sa tâche, par une représentante de la société ETD, spécialisé dans l'impact environnemental du projet.

À des questions telles que : « comment sont choisis les sites ? » Élise Kébali a répondu qu'il ne devrait pas se trouver à moins de 500 mètres des habitations, cela dépend de la zone de vent et se situer en zone blanche, ce qui veut dire, par exemple, sans zone militaire autour, sans fibre optique notamment, pour les exemples précis.

Une réunion dans le respect des convictions de chacun

« Quels points positifs les riverains en tireront-ils ? », autre question posée par les intéressés... Les chemins seront refaits, l'implantation sera cohérente dans le paysage, allant même jusqu'à parler de la taxe foncière revue à la baisse.

Cette réunion publique d'information s'est passée dans le calme et sereinement dans le respect des convictions de chacun, mais si une enquête publique devait être lancée, ce ne serait pas avant le mois de décembre.

À ce moment-là chacun pourra noter par écrit ses choix et ses demandes.


Le Télégramme

13/04/2016 - Plémet

Vent debout à Plémet. Rencontre avec les élus

Lundi, les membres de l'association « Vent debout à Plémet » ont rencontré le député Marc Le Fur, Béatrice Boulanger (conseillère départementale) et Romain Boutron, maire. Le but était d'échanger sur le projet d'un parc éolien, à Carguier, Rénéac et Le Pryas.


Le soutien du député
site du projetTout le monde s'est déplacé sur le site du projet, afin de mieux se rendre compte de la situation. « Nous avons eu un échange très instructif avec le député Marc Le Fur, estiment les membres de l'association de défense. Il se veut plutôt pro-éolien, mais, comme nous, il trouve que " Trop c'est trop ! ". Notre paysage devient beaucoup trop impacté. L'espace autour de Plémet est saturé, de jour comme de nuit, par toutes ces éoliennes géantes de 150 m. » Par ailleurs, le député dit avoir entendu les mêmes échos que Vent debout à Plémet, dans d'autres villages autour de la commune. Il a souhaité avoir une photocopie de la pétition refusant l'installation d'éoliennes à 500 m des habitations. « Il la signera sans problème, avec les 1.400 autres signataires ». De plus, Marc Le Fur se dit prêt à soutenir la loi des 1.000 m, proposée par les sénateurs. Il lui a été rappelé qu'en Allemagne c'est 1.500 m. Il a été très surpris de la réponse faite par un responsable d'EDPR, concernant l'effet stroboscopique des pâles qui tournent devant le soleil (ombrage ponctuel). La société a indiqué être prête à faire installer gratuitement des volets aux propriétaires.


Le président de la Cidéral ne répond pas
Un échange a eu lieu entre le maire et le député sur les nuisances sonores des éoliennes de La Ferrière que l'édile reconnaît. « Si le projet devait se faire, et donc si l'enquête publique devait avoir lieu, je viendrai faire part de mes remarques au commissaire enquêteur », a-t-il ajouté, solidaire des inquiétudes des Plémétais. Il a regretté la suppression des zones du développement éolien (ZDE). « Cette suppression enlève tous pouvoirs aux élus locaux de refuser ou d'accepter un ou des parcs éoliens sur leur territoire. Le pouvoir revient au préfet, et lui seul, rappelle l'association. Nous lui avons aussi fait part de nos regrets, sur le fait que Guy Le Helloco, président de la Cidéral, ne daigne répondre à nos demandes. » Par ailleurs, l'assemblée générale de l'association se tiendra le vendredi 22 avril, à 19 h 30, à la salle des associations de la mairie de Plémet.


Le Télégramme

09/04/2016 - Plémet

Vent debout. À nouveau sur le pont 

L'association Vent debout est de nouveau mobilisée contre le projet de parc éolien sur la commune. « Le dossier a été déposé le 23 mars à la préfecture, le combat reprend donc », lance le bureau présidé par Sabrina Mousseaux qui annonce la suppression de la Fête de la nature et de l'environnement prévue le 26 juin. Dans l'attente de disposer d'éléments concrets sur le dossier, l'association entend « recenser les doléances des habitants qui actuellement ont des soucis de réception ou des désagréments liés aux éoliennes déjà installées » et promet de « faire remonter ces informations aux mairies concernées ».


Le Télégramme

29/03/2016 - Plumieux

Les parcs éoliens de Ker Anna et des Landiers vont être représentés aux services préfectoraux, en vue d'acceptation. Pour les projets de parcs éoliens de Quillien et Péhart, les différentes phases d'études sont entamées. Le maire, Pierrick Le Cam, informe le conseil du courrier reçu de l'association « Vent Debout à Plémet » qui s'oppose à la multiplicité des parcs éoliens dans la région.


Ouest France

30/03/2016 - Plumieux

Les chantiers éoliens ont été présentés. Les parcs éoliens de Ker Anna et des Landiers seront prochainement présentés aux services préfectoraux en vue de leur validation. Pour les projets éoliens de Quillien et Péhart, les différentes phases d'études sont commencées. Toutefois, le maire Pierrick Le Cam présente un courrier de l'association Vent debout qui s'oppose aux parcs éoliens dans la région.


Avis de l'Autorité Environnementale (Keranna Energies) Ker Anna

28/01/2016 - Plumieux

Avis de l'Autorité Environnementale (Les Landiers Energies) Les Landiers

28/01/2016 - Plumieux


Le Télégramme

03/11/2015 - Plémet

Vent debout à Plémet. Le bureau reçu par Romain Boutron et Guy Le Helloco

Le but de la réunion était de faire le point sur l'éolien au niveau de la Cidéral et particulièrement sur le projet des cinq éoliennes industrielles de 150 m sur Carguier, Le Pryas, Rénéac, Branro (Plémet est).
Jeudi, l'association Vent debout à Plémet a été reçue par Romain Boutron, maire, et Guy Le Helloco, président de la Cidéral. Le but était de faire le point sur l'éolien au niveau de la Cidéral et particulièrement sur le projet des cinq éoliennes industrielles de 150 m sur Carguier, Le Pryas, Rénéac, Branro (Plémet est). « À ce jour, la production d'énergie sur le territoire, de 82,7 mégawatts, couvre les besoins des particuliers, chauffage compris. Le seul problème est de trouver des implantations les moins problématiques possible », a rappelé Guy Le Helloco.


Inquiétudes partagées
Devant les inquiétudes de l'association, sur la perte de valeur des habitations (entre 20 et 40 %), Guy Le Helloco s'est engagé à contacter les services concernés. « Comme nous, les deux élus sont convaincus que le prix de rachat par EDF de l'électricité n'est pas garanti, sur le long terme. L'électricité la moins chère est celle que l'on ne consomme pas et nous espérons que des actions de sensibilisation et d'aide seront mises en place », souligne Alain Cheron, de l'association. Le bureau et les élus se sont rendus devant l'église de La Ferrière pour se rendre compte de l'impact sonore et visuel des machines industrielles. « Comme nous, aussi, les élus regrettent que ce soit uniquement l'État, via le préfet, qui ait tous les pouvoirs de décision. À notre demande, Guy Le Helloco doit nous remettre un bilan sur les premiers parcs installés à Saint-Barnabé », ajoute Alain Cheron. Depuis le début, Vent debout à Plémet refuse le mitage du territoire par les éoliennes et l'irrespect de ZI, ZA, POS, Plu, et demain DU Plui ? « N'y a-t-il pas une contradiction dans la loi concernant la construction de bâtiments dont la hauteur est limitée à 5 ou à 8 m pendant que les éoliennes poussent à 150 m et sous peu 200 m ? » ; Les membres de l'association ont rappelé aux élus ses 280 adhérents, le succès de la pétition en cours et leur vigilance pour l'avenir. « Nous communiquerons sur les actions à venir et allons demander à toutes les têtes de liste, des élections régionales, de se prononcer publiquement sur les implantations d'éoliennes à 500 m des villages ».

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.


Le Télégramme

15/05/2015 - Plémet

Projet éolien. Vent debout pour s'y opposer

Une soixantaine de résidents des villages de Carguier, Rénéac, Branbo, Fahelleau, Les Landes Jégues et Le Pryas, à Plémet, ainsi que de La Musse et du Chaud-Buisson, de Laurenan, viennent de créer l'association « Vent debout à Plémet ». Son but est de faire abandonner le projet éolien prévu sur le secteur Est de la commune, par la société EDPR. « C'est la taxe CSPE (Contribution au service public de l'électricité) de nos factures d'électricité qui finance ces projets », s'insurgent les membres de l'association.

Être informés

Ils rappellent que sur Laurenan, il est prévu neuf éoliennes et sept sur Plumieux. « Le projet plémétais n'est pas communal, mais privé. La municipalité a été simplement démarchée par la société. » Par ailleurs, ils soulignent aussi que les députés ont fait adopter au Sénat, un amendement qui vise à étendre de 500 à 1.000 m, la distance minimale requise entre les éoliennes et les habitations. « Nous exigeons que la société EDPR nous remette un exemplaire du dossier d'études d'impact et nous tienne informés de toutes évolutions du projet. »

Crainte des nuisances

Les opposants au projet mettent en avant plusieurs arguments. « La commune va devoir entretenir les chemins d'exploitation du parc éolien et avec nos impôts ! Le bruit des machines sera très dérangeant pour les riverains. Sans compter la pollution du sol : Sur La Ferrière, où des éoliennes ont été installées, chaque fondation a nécessité 77 tonnes de ferraillage, 840 m³ de béton soit 2.100 t, ce qui représente 100 à 120 camions toupie. À La Ferrière, toujours, un boîtier a été placé pour tester les nuisances sonores : les éoliennes ont été arrêtées, sauf celles qui ne sont pas à côté d'une habitation. » L'association craint aussi la dévaluation de 20 à 40 % des maisons. « De plus, quand on a posé la question de l'impact sur la santé, on nous a répondu que c'était à nous de prouver que les éoliennes sont néfastes. Il y a beaucoup d'éléments trop flous, dans ce projet. »

Des actions prévues

« Des actions vont être menées. Les adhérents et sympathisants voulant nous rejoindre sont les bienvenus », ajoutent les opposants. Le bureau est composé de Sabrina Mousseaux, présidente ; Jean-Marie Pillet, vice-président ; Yvette Dumoulin, trésorière ; Éric Le Floch, adjoint ; Esther Dupont, secrétaire ; Alain Chéron, adjoint.

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.


Le Télégramme

18/07/2015 - Plemet

Pétition de « Vent debout ».

L'association « Vent debout à Plémet », créée en mai dernier contre l'implantation d'un projet éolien, s'est réunie vendredi 10 juillet pour faire le point des actions. II a, tout d'abord, été annoncé que la pétition avait recueilli 1.100 signatures et que plus de 200 adhérents, majoritairement des Plémétais, ont été enregistrés. « Nous remercions le conseil municipal de son vote, à l'unanimité, contre le projet à Carguier-Rénéac-Le Pryas-Branro et le mitage du Mené, en général. Trop c'est trop, nous disent les Plémétais », a indiqué Sabrina Mousseaux, la présidente.


Pas de précipitation
Les responsables estiment qu'il n'y a pas lieu de se précipiter : « Ségolène Royal, ministre de l'environnement, a demandé à L'Anses, organisme officiel, une enquête sur les effets secondaires des éoliennes trop proches des maisons, par principe de précaution, sur la santé. Cette enquête sera rendue publique en 2016. Nous attendons aussi que les députés repoussent à 1.000 m, les éoliennes de 150 m de haut ».


La Cidéral interpellée
Lors de cette réunion, les opposants au projet ont rappelé leurs inquiétudes. « À ce sujet, nous attendons toujours un rendez-vous avec le président de la Cidéral, pour lui poser nos questions. Combien de projets éoliens nouveaux dans les tiroirs de la Cidéral, sachant que l'objectif d'autonomie énergie éolienne est atteint ? Les habitants des communes concernées sont en droit de savoir. Qui a décidé à la Cidéral de poser ces machines à Carguier, alors que le préfet avait prévu de les mettre dans un endroit moins impactant pour les riverains ? ».


Appel à un pilote d'ULM
L'association va poursuivre ses actions avec une matinée d'information en septembre, ouverte au public ; participation au forum des associations, le 4 septembre ; le survol de la commune, à 150 m de haut (hauteur des éoliennes) par un ULM et pour lequel elle recherche un pilote volontaire. « Nous avons aussi recueilli des doléances de riverains d'éoliennes (Plumieux, La Ferrière, etc.). Nous continuons à contacter les élus et administrations et nous allons joindre les candidats aux élections régionales, décideurs de l'implantation des éoliennes, pour avoir leurs avis, qu'on rendra public ». Un site internet est créé, avec, sous peu, un compte Facebook.

Pratique
Contact : tél. 02.96.25.78.38 ou 07.87.96.27.77 ou Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.ou http://ventdeboutaplemet.wix.com/ventdeboutaplemet


Ouest France

Entretien avec Pierrick Le Cam, Maire de plumieux

10/07/2015 - Plumieux

"Rendre la ville plus attrayante pour les habitants"

Les éoliennes et le réaménagement de la place Saint-Mioc font grincer les dents. La voix des opposants à ces projets se fait entendre, qu'avez-vous à leur répondre ?

pierrick le cam"On ne refait pas la place Saint-Mioc seulement pour faire joli, mais pour des raisons de sécurité : passage piéton inexistant et dangerosité en provenance de la rue des Flories. Pour les commerces laissés vacants, c'est aux propriétaires de s'en occuper, et non pas au maire. En ce qui concerne les éoliennes, laisser se développer les projets ne signifie pas tous les accepter en l'état. Des discussions doivent avoir lieu. Comment refuser à un agriculteur de mettre des éoliennes dans son champ, si celles-ci lui procurent des revenus ? L'enquête publique permettra à toutes les personnes concernées de s'exprimer. Le préfet prendra sa décision après toutes les procédures."


Ouest France

20/05/2015 - Plumieux

Pour faire suite à la présentation aux élus des deux futurs projets éoliens sur le secteur, par la société WPD promoteur éolien, le premier de huit machines sur les secteurs de Billaut-Porcollois, à Plumieux ; le second qui consiste à doubler la ligne d'éoliennes installées l'année dernière à La Ferrière, les élus reconnaissent la nécessitée des énergies renouvelables, mais jugent la densité d'éoliennes déjà trop importante dans le secteur et ont exprimé, à l'unanimité, un avis défavorable à l'installation de ces nouvelles éoliennes.


Le Télégramme

08/05/2015 - Plumieux

Conseil. Un projet éolien à Péhart

Lundi, le conseil municipal s'est réuni. M. Tenailleau, de la société Valorem, a présenté au conseil le projet de développement éolien sur le site de Péhart. Il concerne cinq à sept éoliennes pour un production située entre 22.000 MWh et 38.500 Mwh, soit la consommation de 10.000 à 17.500 foyers (hors chauffage électrique). Ce projet pourrait voir le jour d'ici 60 à 72 mois, sous réserve de résultats favorables des différentes études sur la flore, la faune, le paysage, l'entomofaune, les chiroptères, l'avifaune, l'acoustique et l'enquête publique.


Le Télégramme

20/01/2015 - La Ferriere

Parc éolien à La Ferrière. Opérationnel fin février

Le parc éolien actuellement en construction entre les communes de La Ferrière et La Chèze sera l'un des plus grands des Côtes-d'Armor. Avec 20 MW, sa puissance nominale dépasse même celle du barrage de Guerlédan (16 MW). Les huit machines seront toutes opérationnelles à la fin du mois de février. « Ces nouvelles machines vont permettre de dépasser la barre des 800 MW installés en Bretagne », précise Robert Conrad, directeur de l'entreprise P & T Technologie, porteur du projet. Pour mémoire, dans le cadre de la loi Grenelle 2 et du Schéma régional de l'éolien breton, la puissance totale projetée est de 1.800 MW à l'horizon 2020.

60.000 millions de kW/h par an

Les éoliennes - des Nordex 100, dotées d'un mât de 98 m et de pales longues de 50 m - produiront annuellement 60 millions de kW/h, soit la consommation globale de 15.000 foyers, pour une nuisance sonore de moins de 5 décibels mesurables, le jour, au niveau des plus proches habitations. « La modification du permis de construire, qui a conduit à un allongement des mâts de près de 15 mètres est aussi une excellente chose pour les oiseaux et les chauves-souris : les pales sont désormais plus hautes que les cimes des arbres avoisinants », ajoute Robert Conrad.


Le Télégramme

13/12/2014 - La Ferriere

Éoliennes. Les derniers convois arrivés
Jeudi, les derniers convois sont arrivés à bon port pour le montage des éoliennes du parc de la société P & T Technologie. Pas moins de 60 convois auront été nécessaires pour transporter les différentes pièces des sept éoliennes construites à la Ferrière et une à Plémet.

Chaque camion, porteur d'une pale de 45 m, mesurait 49 m, cabine comprise. Un service d'accompagnement du convoi était indispensable, pour les routes de campagne empruntées. Les éoliennes de 35 m de haut, produiront 20 mégawatts. Du fait de la nature du sol, les fondations sont particulièrement imposantes. Elles ont nécessité, pour chacune des éoliennes, 77 t de ferraillage, 840 m³ de béton, soit 2.100 t, ce qui représente 100 à 120 camions toupies.

convoi


 Le Télégramme

08/12/2014 - Plumieux

Conseil municipal. Un projet éolien à Quillien

Le conseil municipal s'est réuni vendredi. Projet éolien. Un projet de développement éolien au lieu-dit Quillien a été présenté par la société Maïa Eolis. Il serait de six éoliennes de 3,2 MW chacune, soit 19,2 MW. La production annuelle est estimée à 51 GWh par an, soit l'équivalent de la consommation de 19.000 foyers ou 43.700 personnes (hors chauffage électrique). Ce projet, après toutes les études obligatoires, les dossiers administratifs et l'enquête publique, pourrait voir le jour en 2018.


Le Télégramme

17/07/2014 - La Ferriere

Parc éolien. Sept fondations ont déjà été effectuées


eolien fondationJeudi dernier, la société P & T Technologie avait invité les élus des communes de La Ferrière et Plémet, concernées par les travaux du parc éolien, sur le chantier. L'occasion de faire le point sur les travaux en cours et à venir.

135 mètres de haut pour 20 mégawatts

Les chemins d'accès et les plateformes sont finalisés, six fondations, sur les huit éoliennes prévues, ont déjà été coulées (une à Plémet, cinq à La Ferrière). Elles feront 135 m de haut et produiront 20 mégawatts. L'aménagement autour sera fait prochainement, puis les éoliennes proprement dites seront acheminées et montées à l'automne. Les travaux de raccordement électriques sont eux aussi en cours, ils se poursuivront jusqu'à fin juillet.

2.100 tonnes de béton coulées en une journée

Du fait de la nature du sol, les fondations sont particulièrement imposantes. Chaque fondation a nécessité 77 t de ferraillage, 840 m³ de béton, soit 2.100 tonnes, ce qui représente 100 à 120 camions toupies. Le coulage du béton a lieu en une seule journée.


Le Télégramme

20/12/2013 - Lanouée

Conseil. Non au projet éolien en forêt de Lanouée

Mardi, le conseil municipal s'est réuni.Le conseil émet un avis défavorable, par douze voix contre et deux abstentions, au projet d'implantation d'éoliennes et de défrichement de la forêt de Lanouée.


Le Télégramme

02/03/2013 - La Chéze

La Chèze

Le conseil a été invité à se prononcer dans le cadre du schéma de zone de développement éolien de la Cidéral. Il n'a pas accepté le zonage et la puissance proposée par onze voix contre et une abstention, avec les motifs de l'implantation anarchique, pollution visuelle, faible rentabilité et perturbation hertzienne.


 09-03-2012


Le Télégramme

28/06/2011 - Plumieux

Parc éolien. 200 personnes présentes à l'inauguration

eoliennes plumieuxVendredi, l'inauguration du parc éolien a eu lieu au pied de la huitième éolienne. HenriDucré, directeur adjoint de GDF Suez, et Isabelle Ardouin, directrice de développement Eole Génération, ontinauguré ce parc en présencede plus de 200personnes, regroupant élus, parlementaires, conseillers généraux, riverains, exploitants agricoles et la population.

Un investissement de 25,5M €

Six éoliennes sont implantées àSaint-Etienne-du-Gué-de-l'Isle et deux à Plumieux. Elles génèrent au total une puissance de 16MW, soit 43M de kWh paran et couvrent les besoins de 50.000personnes, hors chauffage. Cela représente une économie de 38.000t de rejet de CO² par rapport à la production électrique d'une centrale au fioul. L'investissement est de 25,5M€. Le maire de Plumieux s'est ensuite interrogé quant aux retombées économiques pour les communes: «Nous aimerions savoir quelles seront les retombées économiques pour nos communes. Elles compenseraient les nuisances qu'ont subies nos administrés et permettraient d'améliorer leur quotidien. Les gros gagnants sont la Cidéral et le conseil général. Vous comprendrez notre amertume et notre peu d'enclin à réitérer ce type d'opération.»

7.000EUR par mégawatt

Guy LeHelloco, président de la Cidéral et du Pays, a répondu: «Les retombées seront de 7.000EUR par mégawatt. 50% vont à la Cidéral, 30% au conseil général, et 20% à vos communes. C'est vrai qu'elles sont moins importantes qu'à Saint-Barnabé, qui étaient de 10.000EUR par mégawatt.»


Le Télégramme

03/05/2011 - La Ferriere

Éoliennes. Les riverains viennent s'informer

eoliennes la ferriereLa commissaire-enquêtrice a écouté le public venu s'informer sur le projet éolien.
Vendredi, c'était la dernière journée d'enquête d'utilité publique sur l'implantation de huit éoliennes de 2,5MW et 135m de haut à La Ferrière et Plémet. Les membres de l'association LaMare aux éoliennes, présidée par Philippe Le Mabec, étaient présents et ont confié à Mme Guillaume, commissaire-enquêtrice, leurs doléances et la pétition signée par 80 personnes.

Le préfet a trois mois pour prendre sa décision

Le dossier de la ferme éolienne a été consulté par de nombreuses personnes de la commune, alors qu'à Plémet, quelques-unes de La Ferrière sont venues apporter des observations. Toutes les remarques ont été consignées dans un cahier. Mme Guillaume a un mois pour remettre son rapport à la préfecture et le préfet, trois mois pour prendre sa décision. Ce sont les éoliennes 4 et 8 qui sembleraient poser des problèmes. La 4, située au bois du Minerai, est jugée trop près des habitations et la 8, placée dans la commune de Plémet, pourrait mettre en péril une exploitation. La société P & T Technologie, propriétaire-exploitante, était représentée par Anne Couëtil, chargée de projets. Elle a répondu aux questions des personnes et du collectif sur le projet. S'il voit le jour, les travaux dureraient à peu près deux ans, après la décision du préfet.


 Le Télégramme

05/10/2010 - Plumieux

Parc éolien. La première machine est montée

eoliennes plumieux2Mercredi, au pied de l'éolienne nº7, Christophe Rivalain, chargé du suivi du chantier pour la société «Éole Génération», a rencontré Jean-Yves Mainguy, maire de Saint-Étienne, ainsi que GérardGuéhenneux et StéphaneMorlec, adjoints à Plumieux. Le but était de faire le point sur l'avancée des travaux du parc éolien de Saint-Étienne - Plumieux. Du retard... à cause du vent Elles mesureront 140mètres de hauteur, avec les pales. Sur les huit qui composeront la ferme, une est complètement montée. Les 5,6 et 8 le seront d'ici la fin du mois. Elles entreront alors en phase d'essai. Durant un mois, elles subiront une panoplie de tests, tels que l'over-speed: elles tourneront à 25mètres par seconde pendantdix minutes, et un test d'arrêt sera enclenché. Les quatre autres éoliennes seront montées d'ici à la fin octobre. «Les quatre premièresseront livrées dans les temps, mais pour les autres, nous avons pris un peu de retard à cause du vent et de la logistique. Le vent qui souffle ces jours-ci ne nous permet pas d'aller aussi vite que nous le souhaiterions. Le chantier est constamment surveillé et une trentaine de personnes y travaille chaque jour. Quand tous les tests seront effectués, la phase d'exploitation sera mise en route, et ce pour 15 ans», explique Christophe Rivalain.


 Le Télégramme

21/05/2010 - Plumieux

Éoliennes. Les éléments arriveront début juin

plumieux eoliennesMercredi, après six mois de travaux, une réunion de chantier a eu lieu sur le site du parc des huit éoliennes, de 2MW. Les travaux avancent à la cadence prévue lors du lancement du chantier, le 6novembre 2009. Les six éoliennes de Saint-Étienne et les deux de Plumieux produiront 43millions de kilowatt/heure. Ce qui correspond à la consommation de16.000 personnes, sur un an sans chauffage. 32 convois Le coût du chantier est estimé à 26M EUR. Avant l'arrivée des éléments, prévue durant la semaine du 7juin, les fondations sont en cours de réalisation, deux sont déjà coulées. Les éléments viendront de Rennes, passeront à Plémet puis par La Ferrière, les Livaudières et arriveront sur le site. Il est prévu 32 convois de deux à trois camions, de 45m pour les plus longs, portant les pales. Les éléments des mâts auront 10 m de diamètre, pour ceux de la base. Le trajet est géré par l'entrepriseEnercon. Une première montée fin juillet Il est prévu que la première éolienne soit entièrement montée fin juillet, et la totalité du parc opérationnelle en novembre2010. La mise en exploitation du parc éolien peut générer des perturbations pour la réception de la télévision. Une information sera réalisée auprès des riverains immédiats. La société porteuse du projet procédera au rétablissement du signal pour les personnes concernées après la mise en exploitation des éoliennes. Entre-temps, le 8juin, la télévision numérique (TNT) sera mise en place.


 Le Télégramme

09/11/2009 - Plumieux

Parc éolien. Le chantier est lancé

Vendredi, Gérard Connan et Jean-Yves Mainguy, maires de Plumieux et Saint-Étienne-du-Gué-de-l'Isle, et Claude Midi, directeur d'Éole Génération, ont donné le coup d'envoi des travaux du nouveau parc éolien de Plumieux - Saint-Étienne, en présence des propriétaires-exploitants des parcelles concernées et des riverains.

Mise en service en septembre2010

Les huit éoliennes du parc auront une puissance totale de 12MW, et produiront environ 43M de KW par an, dès 2011. Deux sont situées sur le territoire communal de Plumieux et six à Saint-Étienne. Éole Génération est le maître d'ouvrage et l'exploitant. La livraison est prévue en septembre2010. Le projet est né il y a six ans, à l'initiative de Jean-Yves Mainguy et Rolande Pichard, alors maire de Plumieux. «La grande partie du travail a été faite pendant le mandat précédent. Nous avons travaillé de concert avec Rolande. Ce fut une gestation longue, car il a fallu convaincre les habitants des communes du bien fondé duprojet», a souligné Jean-YvesMainguy. «Nous sommes sur la défensive, car des inquiétudes subsistent au sujet des retombées financières pour les communes. Pour autant, nous ne sommes pas des bloqueurs de projets», a indiqué Gérard Connan.

Inquiétudes des riverains

Les riverains restent cependant inquiets quant à la gêne éventuelle que pourraient entraîner les éoliennes au niveau de la réception télévisée. «Après le passage à la TNT en juin2010, nous y verrons plus clair. S'il y a des problèmes, nous les réglerons. Nous serons vigilants et à l'écoute des riverains pour tous les désagréments que génère un tel chantier», a indiqué Claude Midi.


 Le Télégramme

11/02/2009 - Plumieux

Comité des fêtes. Un film sur les éoliennes

plumieux filmSamedi, le comité des fêtes a organisé une soirée cinéma, à la salle des fêtes, pour un public clairsemé mais attentif, dont les maires de la commune et de Saint-Étienne. Le thème touchait à la mise en place de fermes éoliennes en milieu rural. Le documentaire, intitulé «Quatre maires dans le vent», de Bernard Cauvin, raconte comment quatre maires cévenols, de petites communes, ont eu l'idée d'installer plusieurs projets éoliens au sommet de leur montagne, située en plein parc naturel. Ils font cela pour enrichir leur territoire.

Combat et ténacité

Le film retrace leur combat et la ténacité qu'ils leur a fallu pour mener à bien leur projet. Avant la projection, Xavier Doussinault, animateur au Pays Centre-Bretagne, a présenté les différentes missions du Pays. Le schéma éolien a été mis en place dans le Pays en 2004-2005, selon certains critères et certaines servitudes et contraintes (terrains, vent...). Les zones de développement éolien (ZDE) définissent les zones de périmètre d'implantation des éoliennes. Le Pays aide les collectivités locales à monter leurs dossiers qui sont souvent très lourds.

Des retombées financières pour la commune?

Dans la commune, quatre projets éoliens sont étudiés, dont un commun avec Saint-Étienne-du-Gué-de-l'Isle. «La part financière que génère une ferme éolienne, pour la commune, n'est pas assez importante. Avant que les chantiers démarrent sur Plumieux, je souhaite savoir à quelle hauteur vont se monter les retombées financières pour la commune», a déclaré le maire, Gérard Connan. Il a abordé également un projet de méthanisation, qui pourrait voir le jour. En deuxième partie de soirée, il a été présenté un petit film sur les principales manifestations organisées par le comité des fêtes en 2008 (la fête du Ponceret, les courses de lits...). La soirée était organisée en partenariat avec le Cac Sud 22.

rougeEoliennes

rougeEoliennes